Se définir soi-même objectivement est impossible, aussi je préfère ne pas essayer.

Jean Dreano
J’aime mieux que l’on me découvre jour après jour, au fil du temps…tel que je suis, ou tel qu’on m’imagine. Ce que je peux cependant dire de moi, c’est que je suis quelqu’un qui n’a jamais cherché à faire quoi que ce soit d’exceptionnel et, qui modestement, pense avoir réussi… Je suis sans doute un peu «artiste», bien que je n’aime pas trop ce terme que je trouve pompeux et prétentieux en ce qui me concerne. J’aime la peinture et je peins, j’aime écrire et j’écris, les derniers-nés : Saint-Jean du var, "quand j’étais minot" aux Editions Gehess et "Fariboles", Editions des mots graphie. J’aime chanter et après des années passées au sein de chœurs de chambre à chanter du lyrique, comme ténor, j’ai rejoins la chorale Cœurs en Chœur, où nous interprétons un programme éclectique de variétés.J’adore les animaux et je ne peux pas vivre sans un chien. Je suis en admiration devant les oiseaux et les fleurs. Je peux passer des heures à regarder un film sur les animaux sauvages et je suis fasciné par les singes et leur intelligence.

Je suis aussi un grand admirateur de La Femme  et l’Homme que je suis n’oublie jamais qu’il est issu de l’une d’elles, la plus belle de toutes.

Dans la vie de tous les jours, j’essaye d’être le moins mauvais possible et de ne pas faire aux autres ce que je n’aimerais pas que l’on me fasse. Je cultive l’amitié comme une fleur fragile. Je n’ai pas énormément de vrais amis, bien qu’ayant de nombreuses relations, peut-être mon amitié est-elle trop sélective ?
En tous cas, j’aime aimer et être aimé et que l’on pense à moi en termes chaleureux, qui selon "l’émetteur" me parviennent quelquefois par télépathie de façon troublante. Dans ce domaine aussi ma sélection est sévère, donc seules quelques rares personnes peuvent me contacter par ce moyen, auquel je crois car j’en ai eu des démonstrations flagrantes et irréfutables. Parmi mes hobbies, la poésie tient une petite place. Je suis l’auteur d’un recueil de poèmes intitulé "Florilège" et de temps en temps lorsque l’inspiration me sourit, j’en ajoute un à la collection. J’aime aussi écrire des nouvelles et je me propose d’en publier un recueil prochainement.
Cette forme d’écriture me convient particulièrement et me permet d’inventer un texte court, d’un seul jet, sans avoir à me torturer l’esprit. Je «travaille» également sur un projet bien avancé qui sera publié bientôt. Il s’agit d’un dictionnaire loufoque, déconseillé aux ados. A la lecture de ce qui précède, on constate que l’écriture tient une place  prépondérante dans ma vie. Je n’en ai que peu de mérite, car pour moi, c’est facile et je me dis aussi que de la sorte, on m’oubliera moins facilement  que ceux dont la trace sera vite effacée dès qu’ils n’y seront plus. C’est aussi, certainement une façon de me valoriser à mes propres yeux en me renvoyant une image de moi  pas trop négative.Tous ceux qui pratiquent un art quelconque sont des narcissistes, je n’échappe donc pas à cette règle. Ils sont certainement aussi orgueilleux, ce qui est parfois nécessaire pour échapper à la médiocrité.